"Que pouvez-vous faire pour promouvoir la paix dans le monde ?
Rentrer chez vous et aimer vos familles."

Mère Teresa

mardi 23 novembre 2010

Ces petits riens qui disent tant...

C'est marrant de voir comme certaines choses, certaines habitudes, certaines personnes prennent une place importante dans notre vie alors qu'au départ elles étaient insignifiantes, anecdotiques, de passage... Ces petits riens qui prennent leur place, qui signifient tant, qui comptent tant (clin d'oeil à Anne-Claire).

Cette icône de Notre Dame de l'Alliance, cadeau de mariage reçu 7 ans plus tard car trop bien rangé à l'époque... (Le Christ unit l'homme et la femme qu'il tient par la main. Marie protège leur famille et accompagne leur chemin.)
Ces fleurs en plastique, pas vraiment belles même carrément laides, reçues le jour de la naissance de ma fille...
Ce PC qui a permis tant de belles rencontres...

Ces petits bisous volés quand passe un certain générique télé...
Ce temps "libre" du vendredi au cours duquel c'est l'homme qui gère les enfants... pas de stress pour amener ma fille à l'heure à l'école, pour les rechercher le soir après le boulot... aller à mon cours de aquatraining et rentrer mettre les pieds sous la table, l'homme ayant préparer le souper et fait manger les enfants...
Le marché du dimanche matin en famille suivi de la messe dans cette nouvelle paroisse à laquelle je m'attache, dans laquelle je prends mes marques...

Ces "copinautes" à qui on s'attache, avec qui on partage des pans de vie, à qui on se confie, à qui on s'identifie parfois, que l'on soutient et qui nous soutiennent, avec qui on partage des valeurs... que l'on connaît depuis des années ou depuis peu... que l'on a rencontré dans la vie réelle ou pas encore...

Et puis il y a ce jeune homme, toujours présent le dimanche sur le parvis de l'église... une pièce qui a teinté, des sourires échangés, des mots prononcés, des habits donnés, des fruits proposés... de dimanche en dimanche, de mois en mois, de prières en prières, le lien s'est tissé... Mais voilà, il ne vient plus, il n'est plus là... deux autres hommes ont pris sa place... que devient-il ? Se porte-t-il bien ? Est-il rentré chez lui ? A-t-il dû changer de "lieu d'habitation" ? Est-il assez couvert avec ce froid ? Je pense à lui, je prie pour lui, j'espère avoir un jour de ses nouvelles, de lui, ce jeune garçon a priori insignifiant qui tendait la main chaque dimanche sur le parvis de l'église...

3 commentaires:

  1. Nous sommes tous frères et soeurs...Et quel bonheur d'aider son prochain
    "Aimer son prochain comme soi-même"
    Bises

    RépondreSupprimer
  2. Un petit coucou en passant...
    Bises

    RépondreSupprimer